Vous êtes ici :  Accueil  / Les actions  / Actions en France

11 & 12 janvier 2014 - Stage "Recueil de parole & Kamishibaï"

Bernadette Pinet, volontaire permanente ATD Quart Monde, est responsable de la dynamique jeunesse en Belgique.

Pendant l’année 2013, elle nous a fait part du projet partagé avec les animateurs des bibliothèques de rue de recueillir les rêves des enfants de ces quartiers difficiles. Devant les difficultés rencontrées pour faire s’exprimer les enfants, Bernadette pensait que nous pouvions peut-être apporter un point de vue nouveau et provoquer une curiosité dynamisante.

Le groupe était composé d’une dizaine de personnes, venues de Bruxelles ou des alentours, avec une jeune expérience en bibliothèques de rue ou travaillant dans une association, Le Pivot, également tournée vers un public confronté à la grande pauvreté.

La première matinée du stage a été concentrée autour de la lecture de Kamishibai par les animateurs eux-mêmes. Tout le monde était très motivé, et les groupes se sont beaucoup investis pour proposer des premières lectures très dynamiques. Du coup, la deuxième séance de lecture a été réalisée avec des histoires assez complexes comprenant beaucoup d’effets.

L’après-midi fut marqué par le travail de réflexion autour du recueil de la parole, qui fit ressortir tout de suite des situations de marginalisation assez dures. L’accent fut mis sur l’importance de la qualité de l’écoute, avec un petit jeu introductif montrant que, malgré toute la concentration des participants, près de 80% des informations d’une parole sont perdues entre l’émetteur (l’idée que voulait exprimer la personne) et le récepteur (l’idée qu’a compris la personne qui écoutait).

Nous mettons l’accent sur l’intérêt de promouvoir la lecture en groupe, plus motivante pour des jeunes et plus dynamique pour le public.

Toute la difficulté d’être à la fois devant et derrière le théâtre pour raconter. C’est presque une chorégraphie !

La deuxième lecture pour le dernier groupe est pleine d’effets inattendus !

Sandrine partage un Kamishibaï qu’elle a réalisé avec sa fille dans un théâtre construit dans une boîte de playmobils !

Ambiance de bibliothèque de rue : Michèle nous lit une histoire qui sera détournée quelques heures plus tard.

Réalisation des « Fleurs de la parole », un gros travail de réflexion !

Le lendemain, place à la réalisation collective. Après de multiples exemples, partage d’expériences et conseils issus de nos vécus, le meilleur est encore de s’y coller soi-même, et, une fois encore, nous avons pu voir les participants s’investir, pris dans la magie de créer une belle histoire ensemble. Même si on ne sait pas bien dessiner, chacun va trouver sa place et l’heure de la fin va sonner trop tôt !

Analyse du texte. Après le découpage, il faut définir quelles images seront adaptées à chaque portion de texte.

Puis vient le travail de mise en image, d’abord au brouillon sur un format A4. Un vrai story-board en découlera, comme au cinéma !

La magie du Kamishibai a opéré. Malgré la fatigue due au rythme intensif de ce petit stage, les participants sont contents d’avoir pu vivre de l’intérieur quelques possibilités de cet outil multiple. Vjola nous confie que ce temps fut « vif en émotion ». Sandrine regrette que « le toit de la maison ne s’envole pas dans le bon sens sur son image »… En tout cas chacun commande un exemplaire de « Un coin pour Khava » pour soi, il est vrai que l’investissement personnel se voit à chaque image !